Crédit photo: Louis-Philippe Cusson

Il convient de noter que cette section est sujette à des changements soudains

Quelque part entre la peinture et le dessin, mon art se caractérise par des scènes et des portraits profondément liés à la rêverie et aux sentiments de solitude. Mon travail artistique est impatient mais sincère, et ma palette de couleurs est souvent subtile. Je transforme des esquisses imparfaites, des couches de peinture et des coups de pinceau désorganisés en personnages sensibles et rêveurs. J’aime la matérialité de l’art et la mise à nue des processus créatifs, l’authenticité brute de l’art.  Les mots et la poésie occupent une place importante, mais encore ténue dans mes oeuvres. C’est ce qui me permet d’aller au coeur de ce que je ressens, sans toutefois me révéler tout à fait. C’est une partie de ma démarche que je cherche à explorer de plus en plus. 

Mon objectif, en partageant mon travail, est d’établir un lien avec le spectateur et de susciter un investissement émotionnel. De persuader l’autre à prendre un moment pour réfléchir et contempler, de plonger en lui-même. Mon processus créatif implique divers outils, mais principalement, j’utilise de la peinture acrylique, de l’encre, des stylos acryliques et des marqueurs permanents pour traduire ce que je ressens en quelque chose de concret. 

Mes préoccupations artistiques sont diverses et changeantes, mais aider à la démocratisation de l’art est une constante depuis les débuts de mon parcours professionnel. Je tente de rejoindre les gens et d’emmener l’art là où il ne va pas nécessairement.  

L’art a définitivement un impact profond sur ma vie et mon identité. Il me donne accès à ce que je suis d’authentique et il me donne l’impression sublime de connecter avec le monde (et les gens et l’univers). Son pouvoir, je crois, réside dans la façon dont il me permet de puiser à même l’essence de mes émotions pour donner un souffle à la matière. 

 

C’est l’art ou la mort. (Faut bein finir sur une note beaucoup trop intense)